Céline Lazorthes

PORTRAIT

Interview d’une réalisatrice,

femme de POUVOIR 

scroll

L'art au corps

Réalisatrice engagée

Notre première rencontre avec Meryem s’est faite sur le toit d’une friche Marseillaise. 

Décor extérieur nuit - mistral et projection d’un classique sous les étoiles - soir d’été. 

Notre deuxième rencontre sera avec son cinéma - une plongé intime dans l’univers de Sofia, son dernier film. 

Les visages sont bruts comme la vie et les sentiments. Sofia est pour nous un film d’engagement, un constat cru et implacable sur la situation des femmes au Maroc. 

Il dépeint l’absurdité d’une précarité sociale d’une femme qui tombe enceinte hors mariage.

Il parle aussi de la famille, des classes sociales et du poids de la tradition qui pèse même sur celle qui pense en être exempt. Son film reste en mémoire.  

Il a d’ailleurs obtenu au Festival de Cannes « Un certain regard » le prix du meilleur scénario.

 

En écriture d’un second long métrage, Meryem est venue incarner son POUVOIR - celui d’être elle, pleinement, puissamment. Nous lui avons posé des questions sur cette une notion complexe qui induit le meilleur comme le pire. 

On te laisse te présenter ? Quel sont les points clés de ton parcours ? 

Je suis Céline, entrepreneure, investisseuse et féministe ! J’ai fondé en 2009 Leetchi, la plateforme de cagnottes en ligne, et en 2013 MANGOPAY, la solution de paiement pour les marketplaces, acteurs de l'économie collaborative et de la Fintech.

   

Je suis aujourd’hui la Présidente du Conseil de Surveillance du groupe. J’ai également investi dans une trentaine de startups, majoritairement dans la tech, comme Yuka, Talent.io, Frichti, Pumpkin ou Tiller Systems. Je me consacre aujourd’hui principalement à mon engagement pour l’entrepreneuriat féminin et pour une société plus égalitaire. J’ai notamment co-fondé en 2019 le collectif SISTA avec Tatiana Jama et Valentine de Lasteyries pour plus d’égalité dans le financement des entreprises de la Tech. 

POUVOIR est une notion ambiguë - aujourd’hui peu défendue. Et pourtant, pour nous, tu es une femme de POUVOIR ! Est-ce que tu défini comme tel ?  

Je ne me définis pas vraiment comme telle car ce n’est pas une position que j’assume facilement je crois, même si de part mes activités professionnelles, mes engagements j’en ai à priori certains attributs :) 

Que t’inspires la notion de pouvoir ?  

Pour moi la notion de pouvoir est très liée au pouvoir de faire, d’agir, à l’action ! Le pouvoir c’est avoir la capacité et la possibilité de faire bouger les lignes et de changer les choses !

Est-ce que les femmes de ton entourage t’ont montré la voie, encouragé à prendre le pouvoir ?Absolument ! On est beaucoup influencé, inspiré par ceux qui nous entourent. J’ai eu la chance d’être accompagnée, inspirée, encouragée par plein de femmes tout au long de ma vie et de mon parcours. Ma mère d’abord m’a beaucoup montré la voie et surtout encouragée, et puis il y a eu Catherine Barba et mes amies entrepreneures, Tatiana Jama, Isabelle Rabier. Je pourrais aussi citer toutes les femmes du board SISTA qui sont aussi inspirantes les unes ques les autres : Valentine de Lasteyries, Mercedes Erra, Nathalie Balla, Anne Lalou, Stéphane Pallez, Françoise Mercadal-Delasalles. Finalement, toutes les femmes que j’ai rencontrées au gré de mon parcours m’ont, à leur manière, été des sources d’inspiration. 

Est-ce que les femmes doivent prendre le pouvoir ?  

Le pouvoir est pour moi très lié à la notion d’action, à la possibilité de faire. J’ai donc la certitude que chacune devrait le prendre ! 

Pourquoi selon toi beaucoup de femmes ont dû mal à se dire « femme de pouvoir » ?  

Je pense que nous n’avons pas forcément été élevées comme ça et que la société ne nous y pousse pas toujours. On ne nous encourage pas forcément à être des femmes libérées, qui entreprennent ou qui ont envie de réaliser leurs rêves. Et puis, le pouvoir est très souvent associé à quelque chose de négatif quand il s’agit d’une femme car ce n’est malheureusement pas là où on nous attend.

As-tu déjà rencontré une situation où un tiers t’a fait comprendre que « femme » et « pouvoir » n’était pas compatible ? Des tonnes ! De manière générale, j’ai surtout souvent été confrontée au fait que je n’étais pas attendue là où je me trouvais. Typiquement quand je me suis lancée dans l’aventure Leetchi il y a plus de 10 ans j’ai eu au début beaucoup de mal à trouver une banque, pas parce qu’on voyait mon projet comme un danger mais parce qu’on ne me prenait pas vraiment au sérieux. J’ai eu besoin de prouver ma légitimité. J’étais une jeune femme de 26 ans, je n’étais absolument pas attendue car je n’avais pas tout à fait le profil dans ces milieux masculins de la finance et de la tech. 

Porteuse de projet et de valeur comment fais-tu pour lier engagement et business ? 

Pour moi, il n’y a surtout pas de business sans engagement. En tant qu’entrepreneure, ma conviction a toujours été que faire évoluer sa société permet de faire évoluer la société. Je suis convaincue que l’on peut faire les choses bien, en faisant attention à l’impact que cela a, avec plus de sens et plus de justice. Je crois très sincèrement que l’entreprise est un magnifique lieu pour faire évoluer les choses. 

La Fondation des Femmes remet au coeur du débat la notion d’argent comme un véritable pouvoir pour faire bouger les lignes et développer les actions menées par les associations. Que penses-tu de l’ambiguïté de l’association pouvoir et argent ? 

Pour moi, ce n’est pas tellement une question d'ambiguïté mais davantage de capacité à ne pas se servir de l’un pour avoir l’autre et inversement. 

Pour quelle femme de pouvoir as-tu le plus d’admiration ?  

Je ne sais pas s’il s’agit vraiment d’admiration en tant que telle mais je crois qu’Angela Merkel, dans tout ce qu’elle est et représente, est une femme de pouvoir par excellence !

 

3 conseils pour les femmes qui veulent s’emparer et développer leurs pouvoirs : 

   

  • Croyez-en vous

  • Osez

  • N’ayez pas peur de vous lancer ! Il ne faut pas hésiter à changer son destin, vouloir vivre ses rêves et surtout à faire bouger les lignes !

 

Quel est ton pouvoir magique? 

   

Celui de bien m’entourer ! On ne peut pas tout maîtriser et la seule façon d’y arriver est de trouver les bonnes personnes, celles qui nous tirent vers le haut. Je crois que ma plus grande force en tant qu’entrepreneure a été ma capacité à m’entourer de personnes meilleures que moi et de savoir les unir.

L’action ou la décision dont tu es la plus fière ? 

Récemment, je dirai la création de SISTA. C’est un collectif qui œuvre pour plus d'égalité dans l'accès au financement des entreprises de la Tech. Nous avons notamment co-construit avec le Conseil National Du Numérique une charte d'engagement à l’intention des fonds d'investissement pour favoriser la mixité dans le numérique. 

Un mot de la fin ?

J’ai lancé en février 2020 le #ParentalAct avec Isabelle Rabier et Thibault Lanthier pour allonger le congé deuxième parent à 4 semaines 100% rémunéré. Au lancement, 150 entreprises avait rallié notre mouvement. Un mois plus tard, ce sont plus de 300 entreprises de tous secteurs confondus qui l’ont rejoint, avec l’envie commune d’évoluer vers une société plus égalitaire. Au total, cela concerne plus de 35 000 salariés ! 

Retrouvez Céline ici

Retrouvez les actualités du collectif 

sista ici @wearesista

    

Retrouvez la collection Pouvoir ici 

La boutique

Rejoignez le mouvement !

  • Noir Icône Instagram
  • Noir Pinterest Icône
  • Noir Facebook Icône

Nous envoyer un message

Newsletter

Nous contacter par email

© Girlzpop Studio, 2020